6 Juin 99 • Nos Cérémonies
ASSOCIATION NORMANDY 44 - 90ème DIVISION US

Informations

Actualités

Le Programme Officiel

Juin 1999 • Résumé de "nos" Cérémonies
pour le 55e Anniversaire du Débarquement

Samedi 5 Juin

Dimanche 6 Juin

Lundi 7 Juin

Mardi 8 Juin

Mercredi 9 Juin

Jeudi 10 Juin

Samedi 5 Juin 1999
Le 1er Monument Patton à Néhou
Le 1er Monument Patton à Néhou. Ici, Phil Jutras et Helen Patton le 9 Juin 1990
Dans l'après-midi, Henri Levaufre, Président de l'Association Normandy 44, assiste à la cérémonie qui se tient au Camp Patton à Néhou.
C'est ici que dès le 6 Juillet 44, celui qui avait en mains les destinées de la 3e Armée US peaufinait ses plans de la percée du mois d'Août.

Le 2e Monument Patton à Néhou
Le 2e Monument Patton à Néhou

Ce même jour, un peu plus tard, nous attendons à Périers le petit groupe des 27 membres de la 90e Division : sept Vétérans et leurs familles. Sans aucun doute à cause de la mauvaise signalisation routière qui ne facilite pas la sortie de la capitale aux touristes étrangers, ni aux ruraux que nous sommes, notre convoi de six véhicules, égaré, arrive à Périers avec plus de trois heures de retard.
Après la répartition dans les familles françaises - A Périers depuis 30 ans, qu'ils soient trente ou trois cents, nous logeons les Vétérans américains qui le souhaitent dans les familles - je recrute quelques volontaires qui malgré la fatigue devront assister aux cérémonies d'Utah-Beach qui débuteront ce soir à 22h30. La nuit est fraîche, les discours longs, les Vétérans pensifs grelottent, mais stoïques ils écoutent. Ils ne rentreront que vers une heure du matin, après avoir déposé avec émotion une gerbe à leur monument.

red arrowRetour au début de la page

Dimanche 6 Juin 1999
Le lendemain, les familles reconduisent leurs invités devant la Mairie de Périers. Chacun commente ses expériences nouvelles.
En route pour Utah-Beach de nouveau. Cette fois le groupe est au complet, la cérémonie sera simple et chaleureuse. Charles de Vallavieille, adjoint au Maire de Sainte-Marie-du-Mont, fils de notre ami regretté Michel de Vallavieille, accueille les Vétérans, leur remet diplômes et médailles. Le Colonel Hamilton offre au nom du groupe une belle lithographie d'inspiration historique.

Vétérans de la 90e à Utah-Beach
Vétérans de la 90e à Utah-Beach

Le convoi repart et se dirige vers le cimetière Allemand de La Cambe, où nous attend un groupe de Vétérans du 6e Régiment Para allemand.
Ce n'est pas par hasard que ces retrouvailles ont lieu tous les cinq ans. Le Régiment du Major Von der Heydte avait accordé aux Américains lors de la bataille de Saint-Germain-sur-Sèves (Seves Island), le 23 Juillet 44, une trêve de trois heures afin de leur permettre de récupérer dans le marais leurs morts et blessés.
Les Vétérans US déposent silencieusement leur gerbe au pied du grand monument. Les anciens adversaires se serrent chaleureusement la main, quelques uns s'embrassent, les appareils crépitent. Personne n'oublie les jours terribles, mais tous souhaitent que surtout ils ne se reproduisent jamais. L'indifférence et la haine sont de mauvaises graines.
(Article de Presse Ouest-France)

Vétérans américains et allemands réunis à la Cambe
Vétérans américains et allemands réunis à La Cambe
Vétérans américains et allemands réunis à la Cambe

En début d'après-midi, tous rejoignent le cimetière Américain de Colleville, où va se dérouler la Cérémonie majeure de ce 6 Juin. Le grand bassin aux nénuphars, vidé pour la circonstance, a été recouvert d'un immense plancher où des centaines de chaises accueillent les Vétérans et leurs familles.
La cérémonie commence vers 15h00, sous la présidence du Général Montgomery Meigs commandant la 7e Armée US en Europe, par quelques morceaux de musique militaire et une spectaculaire présentation des couleurs par la Garde.
Les Vétérans désignés s'approchent à l'appel de leur nom, et un à un déposent leur gerbe. Les obusiers alignés sur la pelouse centrale tirent leur salves d'honneur aux Vétérans disparus.

La foule pendant la cérémonie
La foule pendant la cérémonie

Alan Cornett et Herbert Ludwig
Alan Cornett, Secrétaire Exécutif de la 90e et Herbert Ludwig

Le premier discours est donné par le Général Gordon Sullivan, ancien chef d’Etat-Major de l'Armée des Etats-Unis, cet homme nous avait fait l'honneur de présider nos cérémonies à Périers en 1994.
Mr Walter D. Ehlers parle ensuite, et cet homme a de bonnes raisons de savoir de quoi il parle ; il est l'un des rares Vétérans survivants ayant reçu la remarquable Médaille d'Honneur du Congrès qui n'est donnée, trop souvent à titre posthume, qu'à ceux qui ont rempli leur mission en allant très au-delà des limites humaines du sens du Devoir.
Monsieur Félix G. Rohatyn, Ambassadeur des Etats-Unis en France, termine la série des discours, avant l'exécution des hymnes nationaux. Chacun repart ému, la tête pleine de souvenirs terribles soudain ressuscités.
Une autre cérémonie a eu lieu cet après-midi. J'avais de bonnes raisons de souhaiter y assister s'il n'y avait eu cumul de cérémonies : La 8e Division US, qui a commencé de combattre le 8 Juillet 1944 en se glissant à Mobecq entre les 79e et 90e Divisions, n'a pas traversé en Juillet de villes importantes qui auraient pu manifester spontanément leur reconnaissance. C'est chose faite maintenant; la Commune de Millières a accepté d'ériger une belle stèle honorant les soldats de cette Unité morts au combat. Un groupe de Vétérans du 28e Régiment a inauguré ce monument aujourd'hui. J'y associe personnellement la mémoire du Soldat Frederick Hadler du Wisconsin tombé le 26 Juillet 1944 sur le sol de Saint-Patrice-de-Claids. Sa famille attendait ce témoignage de reconnaissance depuis 55 ans.
(Article de Presse Ouest-France)

red arrowRetour au début de la page

La stèle de Millières
La stèle de Millières

Lundi 7 Juin 1999
Les minibus de la 90e quittent Périers en direction de l'Ile de Sèves (Seves Island). C'est ici que les 22 et 23 Juillet 1944, le 358e Régiment US, malmené lors d'une attaque hasardeuse contre le 6e Régiment Para allemand avait dû reculer et demander une trêve sanitaire.
Comme en 1944, la pluie tombe en averses drues. La foule, sous un toit de parapluies, accompagnée du Député Alain Cousin, enfant du pays, et des Maires de Périers et Saint-Germain-sur-Sèves, avance dans l'étroit chemin du Gué de la Petite Eau. Un nom bien poétique pour un endroit de malheur.
C'est aussi ici qu'en 1989 les habitants ont érigé une stèle symbolique où les Allemands viennent également souvent se recueillir.

Saint-Germain-sur-Sèves
Cérémonie commémorative à la stèle de la Petite Eau, à Saint-Germain-sur-Sèves
Saint-Germain-sur-Sèves

Après la gerbe et la longue minute de silence, l'assistance s'abrite dans la maison maintenant inhabitée de Simone pour le verre de l'amitié. (La brave Simone, maintenant décédée, avait offert gracieusement le terrain où est érigé le monument et aurait aimé accueillir ces pèlerins).
(Article de Presse Ouest-France)

Passant par le lugubre cimetière de Nay et son église en ruines d'où l'on découvre de l'autre côté du marais les ruines du château de Saint-Germain-sur-Sèves (Seves Island), le convoi traverse Gonfreville, Gorges et arrive au Plessis-Lastelle, que pour des raisons presque historiques, Américains et Allemands appellent Beaucoudray. Sur certaines cartes, la vallée qu'a creusée le petit ruisseau au nord du bourg porte le nom sinistre et hélas mérité de "Vallée de la Mort".
Les habitants du Plessis-Lastelle (Beaucoudray) s'ils ne sont pas nombreux sont efficaces. Ils ont érigé de leurs mains et leur poche, deux stèles aux Combattants de 1944, l'une en 1986, l'autre en 1994. Les liens tissés sont étroits entre ce village et le Colonel Hamilton qui mène notre groupe.

Le Maire Roger Delaune et le Colonel Hamilton
Le Maire Roger Delaune et le Colonel Hamilton

Maints autres lieux sont visités dans l'après-midi : La Fière, Amfreville, Gourbesville, Picauville, Prétot, Saint-Jores, le Mont-Castre (Hill 122), tous lieux où les Vétérans présents ont laissé une partie d'eux-mêmes.
La rude journée n'est pas terminée. A 18h45, les Américains se joignent à leurs amis Anciens Combattants Français et Allemands et aux familles des victimes des bombardements. Une cérémonie œcuménique, célébrée dans l'église de Périers, est suivie par une assistance recueillie.

Derrière la Musique Municipale de Périers, l'assistance se dirige vers le Monument aux Morts.

Américains, Français, Allemands se joignent aux familles des victimes des bombardements
Américains, Français, Allemands se joignent aux familles des victimes des bombardements

Il faut admettre que ce genre de cérémonie, que l'on pourrait appeler de "Réconciliation ou de Pardon" s'il n'avait déjà eu lieu précédemment, n'existe qu'à Périers et qu'avec l'accord effectif des parties concernées. Chaque personne de bonne foi et de bonne volonté peut y trouver matière à pardonner ou à se faire pardonner.

Cette année, exceptionnellement, ce sont les Vétérans Américains qui déposent la gerbe au pied de la plaque portant la longue liste des victimes civiles des bombardements américains. Vous pouvez y trouver un effort symbolique.

Après le dépôt de gerbe de la Municipalité et du Conseil Général, le Président de Normandy 44 accompagné par le Colonel US Alan Cornett et l'Adjudant allemand Alexander Uhlig dépose la gerbe de l'Association. Le Conseiller Général remet aux Vétérans récipiendaires le certificat délivré par le Conseil Régional de Basse-Normandie pour le 55e Anniversaire du Débarquement. La musique municipale de Périers sous la baguette de Daniel Banse exécute les hymnes nationaux. La partie officielle étant terminée, la Municipalité offre le verre de l'amitié.
(Articles de Presse La Manche Libre / Ouest-France)

Les Américains invitent à dîner leurs familles françaises
Les Américains invitent à dîner leurs familles françaises

Ce soir, les Américains invitent à dîner leurs familles françaises. Malgré la fatigue accumulée, la fête durera longtemps. Le groupe du colonel Hamilton offre à la ville de Périers et à votre serviteur deux belles lithographie représentant la Fermeture de la Poche de Falaise. Cette œuvre, réalisée par l'artiste Britt Collins, gendre du Colonel Hamilton est signée de John Hawk, Vétéran de la 90e, récipiendaire de la médaille d'Honneur du Congrès, du Général Gordon Sullivan, ancien chef d'Etat-Major de l'armée des Etats-Unis, du Général Orwin Talbott, ancien Commandant de Compagnie, blessé à Périers en Juillet 44 et Président d'Honneur de Normandy 44, et du Capitaine Laughlin Waters qui ferma côté américain la Poche de Chambois en rencontrant les troupes polonaise venant du nord.

On chante en chœur "J'irai revoir ma Normandie" et des airs connus du folklore américain avant d'entonner le "Chant des Adieux". Demain matin 8 Juin, ce sera la séparation. On essuie une larme, on s'embrasse.

red arrowRetour au début de la page

Mardi 8 Juin 1999
Après une visite du Mont-Saint-Michel, notre petite équipe est accueillie en fanfare à Mayenne où la prise du Pont McRacken intact est dûe au sacrifice de quelques hommes et au génie tactique du Colonel Hamilton.

red arrowRetour au début de la page

Des liens qui traversent les générations
Des liens qui traversent les générations


Mercredi 9 Juin 1999
La journée du 9 Juin laisse au groupe des émotions mitigées.
Tout d'abord celles dûes à l'accueil sympathique de la cité de Sainte-Suzanne (Mayenne) envers ses libérateurs, puis à la halte hospitalière au Manoir de la Grande Maison à La Quinte près du Mans, et à la visite de la grandiose Cathédrale de Chartres.
Mais sans conteste, notre émotion majeure est dûe ce jour au fait que nous devons abandonner notre ami Vétéran Alva Lumpkin au service des Urgences de l'hôpital de Chartres. La charge des émotions provoquées par la reconnaissance des populations, et les frissons attisés par de terrifiants souvenirs, ont eu raison de sa détermination à revivre au jour le jour les péripéties de la route ouverte voici 55 ans. Heureusement, trois jours plus tard, Alva requinqué rejoindra sa petite troupe.

red arrowRetour au début de la page

Jeudi 10 Juin 1999
Une autre belle cérémonie a lieu ce 10 Juin au village de Saint-Pierremont, dans la petite ville d'Avril en Meurthe-et-Moselle. Sur cette cote 313, le 8 Septembre 44, le Lieutenant Joseph McDonald, observateur d'artillerie de la 90e Division, a sacrifié sa vie pour sauver son Unité. Le Colonel Hamilton et Monsieur le Maire d'Avril ont œuvré pour qu'une très belle stèle évoque et perpétue ce sacrifice. Treize membre de la famille du Lieutenant McDonald, dont ses deux sœurs aînées, sont venus des USA à l'occasion de cette poignante cérémonie.

red arrowLe Monument d'Avril

Le Monument à Avril
Le Monument à Avril

Quelques heures plus tard à Hayange en Moselle, une autre cérémonie est prévue. Sur la plaque de bronze inaugurée en 1994, au mur d'un immeuble de la rue principale, Herbert découvre tremblant d'émotion le nom de son frère le Sergent Alphonse Ludwig tué ici même le 10 Septembre 1944.

Herbert Ludwig devant la plaque inaugurée en 1994
Herbert Ludwig, avec ses fils, petit fils et gendre, devant la plaque inaugurée en 1994.

A quelques mètres de là, au pied de la Colline de la Vierge, la famille du Colonel Hamilton arpente le petit sentier pavé où ce soir du 10 Septembre 1944, un éclat d'obus, traversant le crâne du Colonel, mit fin à sa carrière militaire et presque à sa vie.

Le Colonel Hamilton à Hayange, en Juin 1994
Le Colonel Hamilton à Hayange, en Juin 1994

Nous avons eu le privilège de vivre ensemble ces événements de Juin dernier avec des témoins fiers des sacrifices accomplis, qui évoquent pour nous leurs souvenirs souvent poignants. Si nous ne les écoutons pas respectueusement, bientôt nous ne saurons plus de cette Histoire de 1944 que des : "Mon père m'a raconté..."

red arrowRetour au début de la page

tube.gifPage d'accueil / Homepagetube.gif
Document mis à jour le
© 1998-2003
Webmaster pour l'Association Normandy 44- 90e Division US